Search
  • by Anthony

Des idées, oui mais...


Les idées manquent rarement au sein de l’entreprise. Mais de quelles idées parle-t-on ?

Il s’agit le plus souvent d’idées de nature incrémentale, c’est-à-dire relative à l’amélioration de l’existant. Ce phénomène est évidemment compréhensible, chacun ayant tendance à rester dans sa zone de confort. Les idées étant souvent générées en interne, elles sont nécessairement le reflet des territoires techniques ou commerciaux habituels de l’entreprise.

Mais les entreprises ont aussi besoin d’idées rupturistes, c’est-à-dire comportant des évolutions significatives en termes technologiques ou d’usage. Il est prouvé que les innovations de rupture sont les plus porteuses de valeur mais aussi les plus risquées. Il en résulte un management de l’innovation minimaliste qui se contente d’améliorer l’existant jusqu’à saturation.

Cette innovation ne génère pas les résultats escomptés et créé une méconnaissance de la vraie nature de l’innovation. La plupart des managers pensent ainsi faire partie d’entreprises innovantes…Il n’en est rien. Un management formalisé de l’innovation aiderait l’entreprise à générer davantage d’innovation de rupture avec des effets économiques plus importants car il est capable à la fois de générer des idées rupturistes et de réduire les risques qui les accompagnent.

Sans réel management de l’innovation, l’entreprise va chercher à se rassurer en restant sur ce qu’elle connait, tout en déplorant le manque de résultat. Aux responsables innovation d’être en mesure de collecter les idées rupturistes et de les concrétiser tout en minimisant les risques. L’open innovation est dans ce cas d’un grand secours…

L’équipe GV


4 views

© 2019 par Global Vision

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon